E bike en tout terrains

Avec le printemps , j’ai envie de tester la machine encore un peu plus . Et pas que l’ebike, mon corps aussi, mes capacités alliées aux siennes jusqu’où je peux aller? . Il fait 19° une température idéale pour faire un brin d’exercice.

Nous voilà donc partis. On utilise au départ de la maison, le même chemin celui qui est bucolique et surtout celui qui évite la grand-route. Comme souvent on se dit que si on se perd, le GPS du téléphone nous ramènera. En route pour l’aventure.

Et je ne crois pas si bien dire quand je parle d’aventure. Une petite route suivie d’une autre, suivie d’un chemin de terre pour aller … Mais aller où au fait ? Vers le Tempelskamp. C’est un point de vue situé sur la commune que j’avais repéré lors d’une autre balade. Nous poursuivons notre idée, et nous voilà bien vite dans le bois . Soudain, voilà une montée un peu raide. Heureusement j’ai retenu la leçon , ma vitesse est adaptée, et j’appuie pour adapter l’aide … Et voilà que je monte sans soucis.

Et cela en valait la peine … Regardez :

Du haut du Tempelskamp.
La Sûre

Après un bon moment de contemplation, nous repartons. Dans des sentiers étroits qui grimpent et descendent . Un moment donné le chemin passe entre deux arbres tellement serrés que je me suis demandé si je n’allais pas y laisser une pédale ou mon fessier.(lol) C’est là que je me rends compte que la pratique sera une bonne alliée pour la suite.

Cet endroit magnifique, je ne l’aurais jamais découvert si je n’avais pas enfourché le vélo. Et tout cela grâce à l’assistance électrique qui m’aide bien dans les coups durs. Je n’ai aucun regret sur l’investissement . J’espère juste en profiter encore longtemps.

Apprivoiser son Ebike

Les beaux jours reviennent et l’envie de pédaler avec. Au final, en acquérant un vélo en fin d’année, je ne suis pas équipée pour sortir par tous les temps. Donc, une pause s’impose quand vient le froid. On recommence donc tout à zéro ou presque en ce début de saison.

Le chemin inattendu…

On démarre sur une route goudronnée, des voies dites » vertes ».Elles sont en super bon état. la première chose à retenir, c’est que voie verte ne signifie pas être tout seul sur la route. C’est d’autant plus dangereux qu’on se laisse enivrer par l’espace, les verts paturages les paysages qui nous entourent. Je ne sais pas chez vous, mais ici, les voies vertes servent aussi aux engins agricoles et parfois pour relier des habitations isolées. Donc, n’oublions pas , sur la route, nous ne sommes jamais seuls.

Habitant une région relativement escarpée, nous voilà donc parti ( petit mari et moi ), vers … Je ne sais pas trop où en réalité. On se laisse guider par n votre instinct, une envie de découvrir où nous conduit ce chemin. Et on descend encore et encore. N’ayant pas encore bien l’habitude du vélo, dans ma tête persiste une question : vais-je arriver à remonter tout ça? D’autant. plus qu’un moment donné on se retrouve dans un chemin de champs … Terre, cailloux… et on descend toujours … Pas de soucis le vélo passe, même si je ne suis pas trop adroite, ça roule …

surprise

Un moment donné le chemin se transforme un peu en boue… Aïe aïe aïe , je sens que ça va coincer je ne m’y attendais pas, et je n’ai pas beaucoup d’élan pour traverser cette petite bande hostile… Mais ça passe , tout juste . Ouf ! Juste que 15M plus bas c’est … Je vois mon mari ( toujours devant) arrêté … Mais, pourquoi il est arrêté ? Je freine , je m’arrête surprise pas la rivière devant moi. Mais qu’est-ce qu’elle fait là ? J’ai bien faillit faire du vélo amphibie ! D’autant plus que les pluies dernièrement tombées l’ont rendue probablement plus grosse qu’à l’ accoutumé … enfin, je pense . Car ce petit coin, je ne le connaissais pas. Positive découverte grâce au vélo !

STOP
LA borne délimite la frontière Luxembourg- Belgique .

Quelques instants d’émerveillement devant notre découverte. On regarde le chemin en face sur le territoire voisin .. Mais on renonce car c’est encore très humide dans les chemins de terre et je ne suis pas encore experte au point de fronder les éléments naturels. Donc on décide de remonter. Les choses ne vont cependant pas très bien commencer. Le chemin est boueux il me faut me lancer. Mais devant l’imprévu, je n’ai pas pensé tôt assez à descendre mes vitesses pour redémarrer facilement en côte avec l’assistance. Il faut quand même donner un coup de pédale là, rien de différent avec un vélo normal . Je peste après moi – même . Comment je vais faire ?

Je pousse le vélo hors de la partie boueuse. Mais je me confronte à une côte plus pentue. Et comme je suis sur une grande vitesse, que je n’ai pas la force de pousser la pédale une ou deux fois c’est l’échec… Pfff! Heureusement petit mari, bien plus expert que moi à des idées. Nous avons pédaler à vide pour descendre les vitesses… Bon, me voilà enfin prête à remonter …

J’enclenche l’assistance … Ouh vache !!! encore un peu que le vélo se cabre … Je réfléchis deux secondes, je descends un peu l’assistance et me voilà enfin en selle . C’est là que je me dis: cocotte il va falloir réfléchir un peu plus, anticiper plus et se laisser un peu moins griser par l’air des champs . Malgré mes craintes de ne pas arriver à remonter, tout s’est merveilleusement bien passé. Jamais je n’aurais pensé que ce fût réalisable. J’espère qu’il y aura encore d’autres découvertes de la sorte, et maintenant je ne me demanderai plus si je remonterai, je sais que cette machine est merveilleuse et me permet de faire du sport à mon niveau . Rendez-vous pour une prochaine expérience bientôt j’espère.

E bike, comment choisir?

    De nombreux fabricants de Vélos, se sont mit à l’e Bike. C’est un marché en pleine évolution, avec lequel il va falloir continuer à compter dans les années à venir. Les raisons en sont multiples, mais je crois que la principale, est l’accès à un public de 7 à 77 ans . Et même en tandem pour les inséparables ! 

TANDEM MOUSTACHE

     Comme je vous l’ai dit dans l’article précédent, la chose principale est de savoir ce qu’on veut faire avec son Vélo Assisté. Une fois cela défini, on peut se tourner vers les différentes marques. SCOTT,  SPECIALIZED, MOUSTACHE, TREK pour celles qui me reviennent en mémoire. Il y en a d’autres probablement. La plupart ce sont des fabricants de Vélos , qui se sont tournés vers l’e Bike à l’exception de la société » Moustache ». Une société Vosgienne ( Fr) . Je reviendrai là dessus ultérieurement .   

    Côté des prix, toutes ces marques ont une gamme de prix étendu. Sachez une chose, les moteurs sont pour la plupart des BOSH , avec les mêmes performances. Ce qui fait monter le prix du vélo, ce sont les accessoires. (dérailleurs, Changeur de vitesse, freins , cadres carbone ou pas , jante and co)  Plus vous avez des accessoires performants plus il vous en coutera sur le prix d’achat du vélo, mais aussi en cas de casse. Evidemment si on est un grand passionné, que le vélo remplace notre moitié, et que l’argent n’est pas un problème, laissez-vous aller. Mais si vous êtes vélo cycliste amateur, ou du dimanche , rien ne sert de se lancer dans des choses pour lesquelles, vous ne verrez aucune différence. Franchement entre vous et moi, si votre vitesse passe une seconde plus vite le sentirez – vous ? 

     Donnez-vous une idée de ce qui vous conviendrait en parcourant les sites officiels des marques. Un peu de lecture sur certains forum peuvent parfois vous éclairer. Mais ne retenez qu’une seule chose, vous, c’est vous. Chaque personne à ses idées ses envies  une santé et des besoins propres. Tâchez de vous tenir au plus près de votre personnalité intellectuelle et  physique. C’est le meilleurs moyen de ne pas être déçu . 

Suite prochainement…

De la bicyclette à l’e Bike

lundi_d

Il y a bien longtemps que je n’ai plus pratiqué la bicyclette . Bicyclette, ça fait un peu antique, vous ne trouvez pas ?  Ce mot à probablement autant d’ancienneté que le laps de temps qui me sépare du bon vieux temps où je ne quittais pas mon vélo à aujourd’hui. Alors mettons-nous à la page et parlons un peu: » e bike » .

Cette idée me trotte dans la tête depuis un bon moment déjà . En réalité, depuis une bonne année , date à laquelle dans le cadre d’une rééducation dorsale, je suis montée sur un vélo . Vous savez ces trucs qui ne bougent pas , qu’on trouve un peu chez tout le monde.  A ce moment là je me suis souvenue des sensations de liberté que j’éprouvais  plus jeune.

Il y a quelques mois, M. a déclaré que la moto n’étais plus pour lui. Pas trop le temps entre les horaires de travail, la météo, et toutes les obligations de notre vie . Il a donc décidé de vendre son engin motorisé avec lequel il partait en balade seul. Je ne monte pas sur ces engins là, pour diverses raisons, mais avant tout parce que je ne maitrise pas le truc , et je ne me sens pas à l’aise … Mieux vaut donc éviter la chose je pense.

L’engin vendu, nous voilà en quête d’un e Bike.. C’est alors que se pose beaucoup de questions. Enormément de questions, car l’achat d’un e bike ça se réfléchit.

Côté tarif on commence à 2500€ et on grimpe encore et encore jusque 10 000 € voir plus .  Voilà une bonne raison pour ne pas se planter !

Le modèle, là aussi c’est important car il faut se sentir à l’aise avec l’engin. Il faut savoir que l’assistance électrique apporte du poids au vélo . Un e Bike pèse environ 24 kg. Ca peut paraitre beaucoup par rapport à un vélo classique, mais rassurez vous on n’y voit que du feu . Il y a aussi la couleur, cela peut paraitre futile, mais le vélo doit avant tout plaire. Vous mettez des chaussures qui ne vous plaisent pas ?

Vous l’avez comprit , c’est un achat qui se réfléchit.  Mais la question principale reste quand même : que vais-je faire avec mon e Bike?  De la ville, des chemins terreux, de la descente , de la voie verte, du loisir ou un moyen de transport, en voilà des options .

L’achat d’un vélo peut-être une démarche sportive, mais également écologique . Avec son assistance électrique, il est abordable pour de nombreuses personnes. Personnellement, je ne serais jamais remonté sur un vélo classique . La technologie m’a permis de reprendre cette activité  et je ne le regrette pas .

Suite  dans l’article suivant …  dans « La boite à bicyclette ».