Wendall Utroi

Auteur de Roman décapant

J’ai découvert cet auteur avec  » La tête du lapin Bleu ». J’ai été engloutie directement dans le livre. Et j’ai lu passionnément jusqu’à la dernière ligne. A la fin, juste besoin de reprendre ma respiration et … Non, je ne replonge pas directement dans un livre, je suis imprégnée de l’histoire et des personnages.

Mais bien vite son style me manque …J’ai dû mal à me river sur un nouveau bouquin. J’y reviens donc, je replonge dans un second roman. Et me voilà à nouveau embarquée dans une histoire riche en rebondissement avec des personnages qui me marquent.J’en suis au 4 ième livres et je suis toujours emporté, scotché.

La particularité de Wendall Utroi, c’est qu’il vous plonge dans l’histoire dès le premier mots, dès la première phrase. Pas de grands préambules ni de présentation, pas de grands discours, on ouvre la première page et c’est parti. Au fil de l’histoire on découvre les personnages de par leurs actes, quelques indices disséminés de-ci, de-là, tant et si bien qu’à la fin, on pourrait presque les dessiner.

Je ne sais pas vous, mais moi, je lis pour me divertir. Je lis principalement des romans, le soir, la nuit quand je ne dors pas . Il m’est arrivé de ne pas arriver à refermer le livre et de voir le réveil crier après moi bien trop rapidement à mon goût. Mais franchement, n’est ce pas la preuve que le bouquin que vous tenez dans votre main ( la liseuse pour moi) est plus que passionnant ? Et avec Wendall Utroi, c’est chaque fois .C’est assez rare chez un écrivain. Il y a des excellents, des bons, des moins bons ce qui est normal. Mais chez lui, je ne vois que l’excellence.

Je vous invite à le découvrir au travers de son univers. Et si le coeur vous en dis déposez vos impressions ici.

Bonne lecture


Fleur de pivoine

 

Cette fleur à bercé mon enfance, mon adolescence …

IMG_1782

 

 

C’était le début du printemps dans la cité de K’Aifeng. Printemps tardif pour cette province de Honan, au nord de la Chine. Derrière les hautes murailles, à l’intérieur des cours, les pêchers fleurissaient plus tôt que ceux des fermes éparpillées sur les plaines unies qui s’étendent autour des fossés de la ville. Mais, malgré cet abri, les pêchers ne montraient encore à la pâque que leurs boutons rosés.

 

Extrait de  » Pivoine  »  auteur  : Pearl Buck – 1948

 

J’ai lu ce livre il y a très longtemps, et je suis restée imprégnée de son univers.

Je vous invite à découvrir ce livre, ou à le redécouvrir.

 

5184pviDHGL._SX210_

 

Au milieu du xixe siècle, au nord de la Chine, Pivoine, est une jeune esclave, aussi belle que sage, achetée enfant par la famille Ezra pour tenir compagnie à leur fils David, 19 ans. Les Ezra sont de riches commerçants juifs installés en Chine depuis plusieurs générations. Mais Ezra Père est de mère chinoise, tandis que sa femme Naomi est une juive ardente, dévorée par le désir de voir son peuple observer la Thora, rester un et espérer sans relâche le retour vers la Terre promise. Ils logent Leah, fille du rabbin, promise à David selon une promesse échangée par leurs mères à la naissance.